Bibliographie

Cette bibliographie est évidemment indicative et non exhaustive. Ces livres offrent tous matière à réfléchir sur l’identité et la vocation masculines. On trouvera dans certains des hypothèses et des positions qui sont critiquables et n’engagent que leur auteur. Que le lecteur y trouve une occasion d’exercer son esprit critique et un stimulant pour sa réflexion sur le sujet.

Essais

– John Eldredge, Indomptable. Le secret de l’âme masculine, Paris, Farel, 2002, 240 pages.

– Anselm Grün, L’identité masculine en question, Paris, Médiaspaul, 2005, 181 pages.

– Jacqueline Kelen, L’éternel masculin. Traité de chevalerie à l’usage des hommes d’aujourd’hui, Paris, Robert Laffont, 1994, 354 pages.

– Hélène Vecchiali, Ainsi soient-ils. Sans de vrais hommes, point de vraies femmes, Paris, Calmann-Lévy, 2005, 174 pages.

Textes du Magistère

– Jean-Paul II, Redemptoris custos, exhortation apostolique sur la figure et la mission de saint Joseph dans la vie du Christ et de l’Église.

–  Jean-Paul II, La théologie du corps (Catéchèses du mercredi sur l’amour humain), trad. Yves Semen, Paris, Cerf, 2014, 750 pages.

Psychologie

– Guy Corneau, Père manquant, fils manqué. Que sont les hommes devenus ? Québec, Éd. de l’Homme, 2003, 204 pages.

– Jean-Paul Mialet, Sex aequo. Le quiproquo des sexes, Paris, Albin Michel, 2011, 456 pages.

– Pascal Ide, Connaître ses blessures, Paris, Éd. de l’Emmanuel, 2013 (1993), 219 pages.

Sociologie et anthropologie

– Ivan Illich, Le Genre vernaculaire, Paris, Seuil, 1982, 252 pages.

– Franco La Cecla, Ce qui fait un homme, Paris, Liana Levi, 2002, 214 pages.

– David Gilmore, Manhood in the Making. Cultural Concepts of Masculinity, New Haven, Yale University Press, 1990, 258 pages.

– Françoise Héritier, Masculin/Féminin. La pensée de la différence, Paris, Odile Jacob, 1996, 332 pages.

– Élisabeth Badinter, XY. De l’identité masculine, Paris, Odile Jacob, 1986, 314 pages.

Histoire

– Philippe du Puy de Clinchamps, La chevalerie, coll. « Que sais-je ? », Paris, PUF, 1966, 128 pages.

– George L. Mosse, L’image de l’homme. L’invention de la virilité moderne, Paris, Abbeville, 1997, 215 pages.

– André Rauch, Crise de l’identité masculine (1789-1914), Paris, Hachette, 2001, 300 pages ; L’identité masculine à l’ombre des femmes. De la Grande Guerre à la gay pride, Paris, Hachette, 2004, 258 pages.

Prochain Camp Optimum :
4 au 7 avril 2024 à Autrans

Les inscriptions sont ouvertes !